Vous êtes ici :   Accueil  >    La Meurthe-et-Moselle  >  Histoire

Histoire

Si la création des départements par l'Assemblée Constituante date de 1790, la formation de la Meurthe-et-Moselle n'est pas aussi lointaine, puisqu'elle remonte au 7 septembre 1871.

Elle est la conséquence immédiate de la défaite de la France dans la guerre de 1870 contre le roi de Prusse, Guillaume 1er, proclamé empereur en 1871. En son nom, le chancelier Bismark exigea de la France des compensations territoriales, dont le tiers du département de la Meurthe (arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg) et la totalité du département de la Moselle, excepté l'arrondissement de Briey.

Après de difficiles négociations menées du côté français par Thiers, la France renonçait à l'Alsace et à la partie de la Lorraine exigée par Bismarck, à l'exception de quelques communes, dans un acte signé le 26 février 1870 qui contenait la fameuse "carte au liseré vert" déterminant le nouveau tracé de la frontière. Ce tracé sera confirmé par le traité de Francfort le 18 mai 1871.

A l'époque, certains députés avaient souhaité faire de ce territoire un seul département qui aurait symboliquement gardé le nom de la Moselle afin de perpétuer le souvenir de l'une des "provinces perdues".

Le projet n'eut pas de suite car cette collectivité territoriale, peuplée seulement de 8 000 habitants, n'aurait pas disposé de ressources financières suffisantes. Finalement, une solution provisoire fut trouvée et adoptée par la loi du 7 septembre 1871 :

  • Les territoires restés à la France et détachés du département de la Moselle, formeront un arrondissement avec Briey pour chef-lieu. 
  • Cet arrondissement sera provisoirement rattaché au département de la Meurthe qui perd les arrondissements de Sarrebourg et de Château-Salins, et conserve ceux de Nancy, Toul et lunéville
  • Le département de la Meurthe s'appellera désormais, mais à titre provisoire "Meurthe-et-Moselle".

Cette situation est devenue définitive après que la France ait récupéré par le Traité de Versailles, en 1918, l'Alsace et la Moselle. Il n'est pas apparu souhaitable au gouvernement de revenir à l'ancien découpage des départements, notamment parce qu'après un demi-siècle d'occupation allemande, la Moselle bénéficiait de lois propres, "le droit local" quelle souhaitait conserver.